Article écrit par Muriel

Sur l’île de Mayotte, il existe deux espèces de tortues marines y résidant toute l’année. La tortue verte (Chelonia Mydas) et la tortue imbriquée (Eretmochelys imbricata).
Pourtant, de nombreuses personnes confondent les deux espèces, alors voilà quelques éléments qui vous permettront de faire (je l’espère) la différence.

Observation des différences

1 – Morphologie

La tortue verte

  • Sa carapace : Elle est assez arrondie sans effet dentelure. La couleur de la dossière est brun olivâtre, brillante et un aspect radiaire. Le plastron lui est jaune pâle.
  • Sa tête : Si vous regardez une tortue verte entre deux yeux, vous allez pouvoir compter 2 écailles préfrontales.
  • Son bec : Il est plutôt arrondi, celui-ci est parfaitement adapté pour lui permettre de prélever son alimentation.

La tortue imbriquée

  • Sa carapace : Elle est assez crénelée avec un effet dentelure, et les écailles épaisses sont posées un peu comme les tuiles d’un toit. La couleur de la carapace est brune avec un aspect plus strié. Le plastron est jaune.
  • Sa tête : Si vous regardez une tortue imbriquée entre deux yeux, vous allez pouvoir compter 4 écailles préfrontales.
  • Son bec : Il est plutôt crochu et pointu, celui-ci est parfaitement adapté pour lui permettre de trouver son alimentation.

Oui… mais encore…

Si vous croisez ces deux espèces à l’état adulte, la tortue verte est beaucoup plus imposante (140 kg, mais jusqu’à 300 kg pour les plus impressionnantes !!!) que l’imbriquée (qui fait un peu poids plume à coté puisque aux alentours de 70 kg, soit deux fois moins).

2 – Lieu de rencontre

La tortue verte est phytophage. Cela veut dire qu’elle consomme des organismes végétaux. Ainsi, vous la trouverez le plus souvent sur un herbier marins. Son bec plus arrondi et ainsi parfaitement adapté pour pouvoir prélever les herbes recouvrant le platier.

La tortue imbriquée est zoophage. Elle se nourrit donc d’autres animaux. Ainsi, elle va privilégier les zones de récifs coralliens où elle va être à la recherche d’éponges qu’elle consomme en grande quantité. Mais elle est également friande de cnidaires, de méduses, d’hydrozoaires (physalie ou anémone de mer), mollusques, crustacés … Son bec crochu et pointu lui permet de pouvoir casser le corail pour chercher son alimentation.

Mise en pratique

Hop !! A toi de jouer !

Observe bien ces tortues… alors, Verte ou Imbriquée ???